Accueil > L’école > Alumnis > L’esam racontée par ceux qui l’ont fait > Harold - diplômé 2017 en Direction Artistique

Harold - diplômé 2017 en Direction Artistique

L’école m’a donné les moyens de réaliser ce que j’avais envie de faire

Vous souhaitez recevoir une documentation ou prendre rendez-vous ?

Peux-tu te présenter ?
Je m’appelle Harold, j’ai 24 ans et j’étudie le Design graphique depuis 5 ans à l’ESAM Design. J’ai fait différents stages et je suis en alternance depuis un an chez Team créatif , une agence qui fait du branding et du packaging.

En quoi consiste ton travail ?
Mon travail consiste à assister un directeur artistique, dans toutes les étapes de création, de développement et d’exécution des projets.

Le métier que tu voulais faire en entrant à l’ESAM Design ?
Je ne voyais pas une profession précise, je voyais plutôt un but, une utilité, faire passer un message, une idée.

Le métier que tu voulais faire en sortant de l’ESAM Design ?
Aujourd’hui le métier que je veux faire est Graphiste et Directeur artistique, en agence dans le monde du digital.

Le métier voulais-tu faire quand tu étais petit ?
Commando spécial à l’armée.

Quel parcours scolaire as-tu eu avant l’ESAM Design ?
J’ai commencé par un bac ES puis j’ai enchaîné par une école de commerce à La Rochelle et j’ai arrêté au bout de 3 mois, car ça ne me plaisait pas. Je suis ensuite parti à Londres pour apprendre l’anglais pendant 8 mois et vivre de petits boulots. J’ai pu prendre du recul sur ce que je voulais faire. Le graphisme est venu naturellement à moi.

Pourquoi l’ESAM Design ?
J’avais fait une petite enquête sur les différentes écoles et je me suis orienté vers l’ESAM pour son côté familial, sa petite taille et pour la réputation des profs.

DIN ou HELVETICA ?
Helvetica

L’ESAM, tu en es sorti quand et quel était ton projet de fin d’étude ?

Je suis sortie cette année, en 2017. J’ai travaillé sur un mémoire avec pour

PNG

thématique "la place", une campagne sur une ONG environnementale et écologique qui s’appelle Good Planet, et puis un travail sur un objet digital et connecté en créant un objet qui permet la déconnection.

Ton meilleur souvenir à l’école ?
Le workshop d’intégration en 2ème année, à la campagne, où nous avons créé un court métrage.

Ton pire souvenir à l’école ?
Je pense que c’était le rythme de la 5ème année qui était assez difficile à tenir, entre le travail et l’école. Mais je suis fier d’avoir réussi.

Quelles qualités et quels défauts donnes-tu à l’ESAM ?
C’est une école à taille humaine, on est en interaction, on a une facilité d’échange avec les profs.
On a vraiment une liberté d’action, une liberté de créativité.
Pour les points faibles, je dirais qu’on est très créatifs, mais parfois de mauvais exécutants.

Quelle est la première chose que tu as appris à l’école ?
Pendant mon année préparatoire avec le cercle chromatique, j’ai appris à gérer la couleur, les nuances, les tons, les chaleurs.
J’ai découvert avec une autre vision de la couleur et c’était mon premier souvenir marquant.

CMJN ou RVB ?
Les deux

2H ou 2B ?
2H

Comment as-tu financé tes études ?
Une partie en alternance et l’autre partie, mes parents l’ont financée.

Quel message ou conseil donnerais-tu aux étudiants inscrits en formation de design graphique ?
Multipliez les rencontres, les expériences dans les entreprises de toucher à tout et de ne pas s’arrêter à ce que l’on aime, de multiplier les secteurs et de ne pas avoir peur de rater.

Quel a été le moment où tu t’es senti « vraiment » bon ?
En 3ème année, avec le magazine UNIK. Toute la classe était partie à Amsterdam pendant une semaine. Au retour on devait produire un magazine et assurer tout : la direction artistique, les textes, les illustrations, l’exécution. J’ai eu un déclic face à la globalité du projet. Le second déclic c’était cette année grâce à mon alternance : la vie en entreprise avec des contraintes, des gros budgets etc.

Quel mot de jargon préfères-tu ?
Ça fait la blague

Quel mot de jargon détestes-tu ?
Ça fait la blague

C’est quoi le design pour toi ?
Pour moi le design c’est un mot très large pour définir un agencement de formes de couleurs, de sensations qui nous donnent à réfléchir et à penser sur des thématiques diverses.

C’est quoi la créa pour toi ?
Penser différemment et ne pas s’arrêter à la première chose que notre cerveau va nous donner.

Tu te vois où dans dix ans ?
Dans 10 ans, je me verrais bien commencer à travailler en solo, créer un studio ou faire du freelance

Tablette ou souris ?
Tablette

Critérium ou crayon ?
Critérium

Quel était ta matière de prédilection ? et maintenant ?
Tout ce qui touchait au concept créatif. Et aujourd’hui c’est toujours pareil, mon point fort est de générer du concept et de l’idée.

Ton projet le plus kiffant ?
J’ai beaucoup aimé travailler sur mon mémoire sur « la place » que j’ai réalisé cette année.

Ton projet le plus scandaleux ?
Dans mes premières années où je ne comprenais pas encore ce qu’était le graphisme et quand je me prenais pour un artiste alors que j’étais un étudiant en découverte.
Je donnais du sens à des choses qui n’en avaient aucun.

Que t’a apporté l’école ?
L’école m’a permis de mettre le pied dans l’univers et le monde du graphisme, elle m’a donné les outils pour évoluer dans cet univers, m’a apporté les contacts, les opportunités et les moyens de réaliser ce que j’avais envie de faire et de m’épanouir.

Ton passage à l’ESAM en trois mots ?
Créativité | ouverture d’esprit | réflexion

Aucun projet trouvé